BANQUE D'EXPERT·E·S

ALAVA, Séraphin – Ph. D.

Chercheur titulaire en sciences de l’éducation à l’Unité mixte de recherche EFTS, le professeur Séraphin Alava est membre de l’équipe «Radicalités et régulations» de la Maison des Sciences de l’Homme de Toulouse CNRS. En tant qu’expert, il pilote le rapport mondial de l’UNESCO sur les liens entre radicalisation et médias sociaux. Il est chef de file de trois réseaux européens de chercheurs où il construit des liens entre les disciplines, permettant ainsi de mieux comprendre les processus de radicalisation, les questions de désistance radicale et les processus de basculement dans l’extrémisme violent. Il a développé un dispositif d’évaluation de l’impact des contre-discours visant la prévention des radicalisations qui est inclus dans les bonnes pratiques du Radicalisation Awareness Network (RAN).

 

M. Alava est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

ANTONAKIS, Anna – Ph. D.

Anna Antonakis est actuellement professeure invitée pour les études de journalisme et associée de recherche dans le cadre du projet « Médias et culture numérique dans le monde arabe et en Europe » à la Freie Universität Berlin. En tant qu’universitaire interdisciplinaire, elle explore les questions relatives aux représentations et aux technologies des médias, à la mobilisation sociale et à la sécurité dans une perspective intersectionnelle. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences politiques de la FU Berlin et est membre du Comité international d’élaboration des lignes directrices consensuelles en matière de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents.

AUDET, Geneviève – Ph. D.

Geneviève Audet est professeure au département d’éducation et formation spécialisées de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle est chercheuse régulière à l’Institut universitaire SHERPA du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal et titulaire de la Chaire de recherche sur les enjeux de la diversité en éducation et en formation. Mme Audet s’intéresse à l’éducation interculturelle, à la prévention de la radicalisation violente en milieu scolaire, aux relations « école-famille immigrante-communauté » et à la formation du personnel scolaire à cet égard.

 

Mme Audet est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

BEN HAFAIEDH, Abdelwahab – Ph. D.

Professeur de sociologie à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Tunis (FSHST), Abdelwahab Ben Hafaiedh est président du Forum des sciences sociales appliquées – région arabe. Il est également secrétaire général du réseau Civil Actors in Fight against Violent Extremism (CAFA). Ses livres les plus récents sont The Tunisian Labor Market in an Era of Transition (2019) avec Ragui Assaad, Arab Spring : Negotiating in the Shadow of the Intifadat – Analyzing the Arab Spring Uprings (2015) avec William Zartman, Critical Perspectives on International Education – Series Editors (2012) et The Student Visa: The Object of Desire, the Mirror of the Undesirable (International Mobility of the Tunisian Students after 9/11) (2005).

 

M. Ben Hafaiedh est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

BENOÎT, Maryse – Ph. D.

Professeure agrégée au département de psychologie de l’Université de Sherbrooke, Maryse Benoît se spécialise dans l’intervention dans un contexte interculturel et dans le traitement des traumatismes, particulièrement en ce qui a trait à l’évaluation de différentes modalités d’intervention (thérapie cognitive-comportementale, thérapie par l’art, etc.) offertes aux immigrant·e·s et aux réfugié·e·s ayant subi de la violence et des traumatismes sévères. Un autre de ses champs d’études porte sur les variables socioculturelles pouvant influencer la relation thérapeutique et la réponse au traitement. Elle s’intéresse également à la fatigue de compassion et aux stratégies de régulation émotionnelle chez les intervenant·e·s qui œuvrent auprès des immigrant·e·s et des réfugié·e·s.

 

Mme Benoît est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

BIRDWELL, Jonathan

Jonathan Birdwell est directeur adjoint de l’Institute for Strategic Dialogue (ISD). Il supervise le travail de l’ISD, dont font partie le Réseau des planificateurs de politiques et le Strong Cities Network, en matière de recherche, d’éducation et de politiques. M. Birdwell est titulaire d’une maîtrise (avec distinction) de la London School of Economics and Political Science ainsi que d’un baccalauréat en science politique et en philosophie de la Tulane University en Louisiane. Dans le domaine de la recherche, Jonathan se concentre actuellement sur l’établissement de partenariats uniques ainsi que sur la technologie et les capacités d’analyse en ligne de l’ISD afin de fournir une compréhension à jour de la propagande extrémiste et des tactiques de recrutement. Il se charge également de l’évaluation des campagnes en ligne et des interventions personnelles en ligne de l’ISD.

 

M. Birdwell est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

BOUHANA, Noémie – Ph. D.

La Dr Bouhana est professeure associée en sciences de la sécurité et de la criminalité à l’University College London, où elle dirige le groupe de recherche sur la lutte contre le terrorisme. Elle étudie les processus intervenant dans l’émergence des écologies sociales extrémistes dans les systèmes complexes, le rôle que ces écologies jouent dans le développement individuel d’une propension extrémiste, les mécanismes qui sous-tendent la susceptibilité individuelle au changement moral extrémiste, et les implications de cette compréhension pour l’analyse des risques. Elle est actuellement chercheuse principale du projet d’un million de dollars « L’écologie sociale de la radicalisation », financé par l’initiative de recherche Minerva. Ses précédents travaux ont été soutenus par la Commission européenne, le Centre de recherche et de preuves sur les menaces pour la sécurité, le Laboratoire des sciences et technologies de la défense, le Bureau de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, le Centre des sciences et technologies de la lutte contre le terrorisme du ministère de la défense britannique, le Conseil de recherche en sciences physiques et de génie et l’Institut national américain de la justice.

BOULAD-AYOUB, Josiane – M.S.R.C. Ph. D. 

Josiane Boulad-Ayoub a fait des études en philosophie à l’Université de Lyon III. De 1973 à 1979, elle a été directrice du département de philosophie du Cégep du Vieux Montréal. Mme Boulad-Ayoub a ensuite évolué au sein de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle y a successivement été directrice du module de philosophie (1980-1984), directrice du certificat en sciences sociales qu’elle a contribué à fonder (1983-1985) et directrice du département de philosophie (1992-1996). Elle a ensuite occupé le poste de vice-doyenne à la recherche de la Faculté des sciences humaines (2004-2007). En 2011, Mme Boulad-Ayoub a été nommée professeure émérite à l’UQÀM. Plus tôt dans sa carrière, soit en 1999, elle est devenue la première titulaire de la Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique au Canada, l’UNESCO reconnaissant ainsi le rayonnement international de la professeure.

 

Mme Boulad-Ayoud est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

BUSHER, Joel – Ph. D.

Joel Busher est professeur associé au Centre or Trust, Peace and Social Relations (CTPSR) de l’université de Coventry, au Royaume-Uni. L’objectif général de ses recherches est de documenter et de mieux comprendre comment les interactions humaines – les rituels qui façonnent et constituent notre vie quotidienne, les ordres cognitifs et moraux que nous créons, brisons et recollons, et les rythmes émotionnels de notre vie – engendrent ou sapent des relations sociales harmonieuses et le bien-être humain. Il a passé une grande partie des dix dernières années à mener des recherches en rapport avec les efforts de prévention de l’extrémisme violent. Il a notamment mené des recherches à l’aide de méthodes mixtes sur la dynamique de la mobilisation contre les minorités religieuses ou ethniques ; l’escalade, la non-escalade et la désescalade de la violence de groupe et la manière dont les membres des groupes militants contribuent eux-mêmes à gérer les paramètres de leur violence ; et la recherche et l’évaluation de la mise en œuvre et des impacts des politiques et programmes de prévention de l’extrémisme violent.

CHERNEY, Adrian – Ph. D.

Le professeur Adrian Cherney est un criminologue universitaire à l’École des sciences sociales de l’Université du Queensland. Il a reçu des financements nationaux et internationaux pour des recherches sur l’extrémisme violent. Il est actuellement Future Fellow du Conseil australien de la recherche. Sa bourse comporte deux principaux programmes de recherche. D’abord, une d’évaluation des programmes destinés aux terroristes condamnés et aux personnes identifiées comme présentant un risque de radicalisation et ensuite l’analyse des facteurs de risque et des antécédents des personnes qui se sont radicalisées en Australie et les implications pour la conception d’interventions et d’outils d’évaluation des risques. Par exemple, il élabore et teste des mesures et des méthodes pour évaluer les interventions gérées par cas visant les individus radicalisés. Il a réalisé la toute première évaluation de l’intervention du modèle de soutien intégré proactif (PRISM) en Nouvelle-Galles du Sud, qui cible les terroristes condamnés et les détenu·e·s radicalisé·e·s. Le professeur Cherney participe à de nombreux programmes de lutte contre l’extrémisme violent (CVE), tels que les bases de données et les directives d’évaluation.

CHOQUET, Sabine – Ph. D.

Professeure associée à l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM-UQÀM), Sabine Choquet est chercheuse en anthropologie politique ainsi que chercheuse et secrétaire générale du Centre d’Études des Radicalisations et de leurs Traitements (CERT) de l’Université Paris-Diderot. Détentrice d’un doctorat de la Sorbonne et d’un Ph. D. en sciences humaines et sociales de l’Université Laval et d’une Habilitation à diriger des recherches en anthropologie de l’Université de Fribourg, Mme Choquet concentre ses recherche sur les droits des minorités, les politiques de gestion de la diversité culturelle, linguistique et religieuse, les identités collectives, les processus de radicalisations et les politiques de prévention de l’extrémisme violent. Ses terrains d’étude sont le Canada, la Suisse, l’Europe, la Malaisie et le Liban. Mme Choquet est récipiendaire de plusieurs prix de recherche internationaux, dont le premier prix du livre politique de l’année 2012 (Fondation Jean-Charles-Bonenfant), ainsi que de nombreuses bourses d’excellence, dont la bourse Marie Curie pour chercheur confirmé. Elle est notamment l’auteure des ouvrages Unis par la diversité – Ces pays forgés par leurs différences (2018) et Identité nationale et multiculturalisme : deux notions antagonistes ? (2015). Il y a deux ans, elle a fondé un consortium international sur l’évaluation des dispositifs de prévention de la radicalisation. Elle s’y implique encore aujourd’hui.

 

Mme Choquet est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

COOLSAET, Rik – Ph. D.

Rik Coolsaet est Professeur ordinaire émérite à l’Université de Gand (Belgique). Il y dirigea, de 2006 à 2014, le Département de Sciences politiques de la Faculté des Sciences politiques et sociales. Il est Senior Associate Fellow à EGMONT-Institut Royal des Relations internationales. De 1988 et 1995, il a été successivement Chef de Cabinet adjoint du ministre belge de la Défense nationale et du ministre des Affaires étrangères. Il fut directeur du programme Sécurité & Gouvernance mondiale à EGMONT-Institut Royal des Relations internationales à Bruxelles. Depuis 2003, il a conduit et coordonné des recherches sur la radicalisation et le terrorisme. Il a fait partie de la Commission d’Experts sur la Radicalisation Violente de la Commission européenne (établie en 2006) et ensuite du European Network of Experts on Radicalisation (ENER). Ses recherches récentes portent sur les combattant·e·s étrangers, les aléas du concept de radicalisation et l’extrémisme d’ultradroite.

COULIDIATI-KIELEM, Justine – Ph. D.

Enseignante-chercheuse à l’UFR sciences économiques et de gestion de l’Université Thomas Sankara de Ouagadougou – Burkina Faso, la Dr Coulidiati est la première Coordinatrice régionale de la Plateforme des Femmes du G5 Sahel, membre de l’ONG Leaders Pour la Paix ainsi que membre fondatrice de African Women in Mathematics (AWM). Elle est présidente fondatrice du Groupe d’actions pour la Promotion, l’Éducation et la Formation de la Femme et de la Jeune fille (GAPEF), qui lutte pour les droits des femmes et des jeunes filles et pour accroitre la contribution essentielle des femmes à la paix. Dans le cadre de la crise communautaire sanglante de Yirgou, avec les jeunes et les femmes leaders, elle a conduit avec succès le dialogue social pour le pardon et la réconciliation auprès des communautés en conflit. Elle a mené plusieurs travaux et plaidoyers auprès des Nations Unies et des hautes personnalités internationales, sous-régionales et des pays du G5S dans le but d’accroître l’implication des femmes dans la résolution des conflits et à la consolidation de la paix.

 

Mme Coulidiati-Kielem est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

DJOUADI, Chafiaa – Ph. D.

Architecte et urbaniste, en plus d’être docteure en géographie humaine, Chafiaa Djouadi est chercheuse et manager de projets européens en prévention de la radicalisation menant à la violence à l’Unité mixte de recherche EFTS. Plus précisément, elle œuvre au sein de l’équipe « Radicalités et régulations » de la Maison des Sciences de l’Homme de Toulouse CNRS. Possédant une expertise en politiques publiques et en développement durable, elle a travaillé pour des gouvernements et des organisations internationales (PNUD, UNICEF, BADEA, UA, etc.) afin de promouvoir le développement pour une Afrique pacifiée et sans violence. Elle est ambassadrice de la paix pour la Commission paix et sécurité de l’Union africaine (résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU) et intervient comme médiatrice dans la diplomatie préventive et la résolution des conflits. Mme Djouadi est observatrice des élections dans de nombreux pays africains avec pour mission spécifique d’analyser l’engagement des femmes dans la vie politique et dans la promotion de la paix.

 

Mme Djouadi est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

DUCOL, Benjamin

Benjamin Ducol est directeur général adjoint au développement stratégique et scientifique au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) à Montréal. Titulaire d’un doctorat en science politique de l’Université Laval, il a été stagiaire postdoctoral au Centre international de criminologie comparée (CICC). Il est également professeur associé à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, ainsi qu’au département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Ses travaux de recherche portent sur les radicalités militantes liées au djihadisme, les processus de radicalisation à l’ère du numérique, les enjeux de prévention de la radicalisation menant à la violence et les mobilisations de victimes du terrorisme. Il est affilié au réseau Canadian Network for Research on Terrorism, Security and Society (TSAS), au Centre international de criminologie comparée (CICC), à l’Agence nationale de recherche – Violences et radicalités militantes (ANR VIORAMIL) en France (VIORAMIL) et au International Panel on Exiting Violence (IPEV).

 

M. Ducol est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

DURAIAPPAH, Anantha – Ph. D.

Le Dr Anantha Duraiappah est le premier directeur de l’Institut Mahatma Gandhi d’éducation pour la paix et le développement durable de l’UNESCO (MGIEP), basé à New Delhi, en Inde, depuis 2014. Pionnier de la science et de la politique, avec plus de 35 ans d’expérience, il joue aujourd’hui un rôle clé dans le positionnement du MGIEP en tant qu’institut de recherche scientifique de premier plan sur l’éducation pour la paix, le développement durable et la citoyenneté mondiale. Il dirige les activités uniques de l’institut en matière d’application de l’apprentissage social et émotionnel à la prévention de l’extrémisme violent. Pour ce faire, il produit des rapports de recherche dirigés par des jeunes, des cours numériques en ligne uniques et des activités de renforcement des capacités, des dialogues intergénérationnels débouchant sur des notes d’orientation et l’utilisation innovante de jeux numériques pour la consolidation de la paix. En outre, le Dr Duraiappah est membre de l’Académie mondiale des arts et des sciences (WAAS), membre de l’Académie mondiale des sciences (TWAS), professeur invité à l’Institut urbain de l’Université de Kyushu, au Japon, et coprésident de l’évaluation de l’International Science and Evidence based Education (ISEE), qui contribue à repenser l’avenir de l’éducation pour l’épanouissement humain.

EKSTRÖM, Anna

Anna Ekström est une experte des questions relatives à l’extrémisme et à la protection des travailleurs de première ligne. Elle est affiliée à l’Institut pour les études futures en Suède, et est la responsable suédoise du projet Evaluation support for countering extremism on a local level avec le Dr Savoia à l’École de santé publique T.H. Chan de Harvard et coordonne le projet de recherche Violent threats and security avec des collègues en Suède et au Canada dans le but d’établir un réseau de chercheurs sur le lien entre l’extrémisme violent et la criminalité. En outre, elle est conseillère auprès de la police nationale suédoise en matière de crimes violents et effectue des recherches et donne des conseils sur les questions relatives à la protection du personnel et aux influences illicites. Mme Ekström a une longue expérience du travail avec les autorités policières et de la gestion de crise, ainsi qu’en tant que conseillère auprès du coordinateur national suédois pour la sauvegarde de la démocratie contre l’extrémisme violent.

ELLIS, Heidi – Ph. D.

Dr. Heidi Ellis, est professeure associée en psychologie et en psychiatrie à la faculté de médecine de Harvard et à l’hôpital pour enfants de Boston, et psychologue clinicienne agréée. Elle est également directrice du centre de traumatisme et de résilience des réfugiés à l’hôpital pour enfants de Boston, partenaire du réseau national sur le stress traumatique chez les enfants. Elle est l’enquêtrice principale d’un projet de recherche longitudinal et multisite qui examine les parcours vers la violence et d’éloignement de la violence, elle co-dirige un groupe d’expert·e·s multidisciplinaire sur le thème du rapatriement et de la réintégration des enfants des territoires anciennement contrôlés par l’ISIS, et elle est co-développeuse du modèle de traitement des traumatismes Trauma Systems Therapy. Mme Ellis dirige également le cadre de prévention de la région du Massachusetts, une approche multidisciplinaire visant à prévenir la violence et le terrorisme ciblés chez les adolescent·e·s.

EMERSON-KEELER, Rebecca

Rebecca Emerson-Keeler est une consultante expérimentée, avec près de vingt ans de travail sur les facteurs sexospécifiques de l’extrémisme dans les conflits et les États fragiles en tant que gestionnaire, évaluatrice et conseillère technique. Après avoir commencé sa carrière en travaillant sur la protection humanitaire, la violence sexiste et la traite des êtres humains, elle s’est spécialisée dans la prévention de l’extrémisme violent, l’audit des conflits et des interventions sexospécifiques, la fourniture de conseils stratégiques et le renforcement des capacités des secteurs privé et public au Royaume-Uni, au Canada, dans l’UE, en Afrique et au Moyen-Orient. Mme Emerson-Keeler a soutenu de grands programmes intégrant le lien entre l’extrémisme violent et la communication stratégique, les droits de l’homme, la consolidation de la paix et la sécurité et a évalué de grands programmes de communication et de médias sociaux axés sur la prévention de l’extrémisme violent.  Mme Emerson-Keeler est conseillère principale en matière de genre et de conflits pour le gouvernement britannique et dirige sa propre petite société de conseil.

EL-HAGE, Habib – Ph. D.

Directeur de l’Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants (IRIPI), Habib El-Hage est praticien et chercheur dans le domaine des relations interculturelles. Détenteur d’un doctorat en sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), M. El‐Hage s’intéresse aux pratiques de prévention, d’intervention et de médiation dans les entreprises et les institutions publiques.  Il est chercheur associé au Centre de recherche sur l’immigration, l’ethnicité et la citoyenneté (CRIEC) et membre de l’équipe Recherche et Action sur les Polarisations Sociales (RAPS) de l’Institut universitaire SHERPA. Œuvrant dans le milieu de l’éducation depuis 19 ans, M. El-Hage est chargé de cours dans le programme de maîtrise en médiation interculturelle de l’Université de Sherbrooke. Il a collaboré à plusieurs recherches portant sur la radicalisation et a récemment publié les résultats d’une étude portant sur les multiples barrières que vivent les personnes LGBTQ racisées à Montréal ainsi qu’un ouvrage sur l’intervention interculturelle en milieu collégial.

 

M. El-Hage est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

FICETTE, Toria

Toria Ficette est directrice au sein de Bruxelles Prévention et Sécurité, l’administration régionale Bruxelles responsable du développement et de l’exécution du plan régional de sécurité et de prévention. Parmi les champs d’action sécuritaires visés par le plan, elle coordonne le réseau bruxellois de professionnelles de la prévention et de la lutte contre la radicalisation. Dans ce contexte, l’administration régionale soutient les acteurs locaux pour le déploiement de leurs politiques en la matière au moyen de ressources, outils et expertise. Elle a un Master en relations internationales et gestion des conflits ainsi qu’un master en sciences de l’éducation. Avant de rejoindre BPS, elle a travaillé pour des services de sécurité où elle a développé une expertise en contre-terrorisme et analysé les réseaux terroristes transnationaux.

GBEVLO-LARTEY, Larry

M. Gbevlo-Lartey est directeur du Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT) et représentant spécial du président de l’Union africaine pour la coopération antiterroriste. Il est titulaire d’une maîtrise en relations internationales de l’Université du Ghana, d’un brevet d’avocat et d’une licence en administration. M. Gbevlo-Lartey a participé à diverses missions de paix, notamment avec la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), avec la Force de protection des Nations Unies en Croatie et en Bosnie-Herzégovine (FORPRONU) et avec la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). De 2009 à 2014, il a été coordonnateur de la sécurité nationale du Ghana.

 

M. Gbevlo-Lartey est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

GEOFFROY, Martin – Ph. D.

Au cours de sa carrière, le sociologue Martin Geoffroy a travaillé à New York, à Winnipeg et à Moncton. Professeur de sociologie au Cégep Édouard-Montpetit depuis 2013, il est détenteur d’un doctorat et d’une maîtrise en sociologie de l’Université de Montréal et d’un baccalauréat en communication de l’Université du Québec à Montréal (UM)Depuis plus de vingt ans, M. Geoffroy s’intéresse aux mouvements d’extrême droite et de droite au Québec, aux États-Unis et en France. Il est l’auteur de plus de vingt-cinq articles et chapitres de livres arbitrés, en plus d’avoir codirigé six numéros spéciaux de revues savantes et cinq livres. Il a été professeur adjoint en sociologie à l’Université de Saint-Boniface de 2004 à 2006 et à l’Université de Moncton de 2006 à 2009. En 2016, il a fondé le Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR). Il est membre sénior du Canadian Network for Research on Terrorism, Security & Society (TSAS) ainsi que de l’International Team for Evaluation of Radicalization Prevention (ITERP).

 

M. Geoffroy est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

GILL, Paul – Ph. D.

Paul Gill est professeur de sécurité et de sciences criminelles à l’University College London. Il a publié plus de 80 articles sur les fondements comportementaux du terrorisme. Il a reçu des fonds de recherche de sources telles que le Bureau de la recherche navale, le ministère de la Sécurité intérieure, ou l’Institut national de la justice américaine. Il a également reçu des fonds du Home Office britannique, de l’Union européenne et de la North-West Counter Terrorism Unit. Ces projets dépassent 10 millions d’euros au total, et ont tous eu un rapport direct avec l’évaluation et la gestion des risques liés à l’extrémisme violent. Les sujets abordés comprennent le terrorisme isolé, les délinquant·e·s faisant de nombreuses victimes, la radicalisation en ligne, les facteurs de risque, l’évaluation et la gestion des risques. Ils couvrent également un large éventail de groupes de menace, notamment les groupes républicains irlandais, les individus d’extrême droite, les mouvements de gauche, les acteurs isolés et les groupes et individus d’inspiration jihadiste. Il a une grande expérience de l’enseignement, du développement et de la publication de recherches et a beaucoup travaillé avec et en tant que consultant pour les forces de police britanniques et leurs partenaires de réduction de la criminalité.

GUNARATNA, Rohan – Ph. D.

Rohan Gunaratna est professeur d’études de sécurité à l’école d’études internationales S. Rajaratnam de l’université technologique de Nanyang, à Singapour. Il a obtenu sa maîtrise à l’université de Notre-Dame aux États-Unis, où il était boursier Hesburgh, et son doctorat à l’université de St Andrews au Royaume-Uni, où il était boursier Chevening britannique. Ancien Senior Fellow au Centre de lutte contre le terrorisme de l’Académie militaire américaine de West Point et à la Fletcher School of Law and Diplomacy, M. Gunaratna a été invité à témoigner sur la structure d’Al-Qaïda devant la Commission du 11 septembre. Il est l’auteur de 16 livres, dont Inside Al-Qaeda : Global Network of Terror (2002). M. Gunaratna a également édité la série Insurgency and Terrorism de l’Imperial College Press. Il est formateur pour les agences de sécurité nationale et pour les autorités chargées de l’application des lois et les unités militaires de lutte contre le terrorisme. Il a interviewé des terroristes et des insurgés en Afghanistan, au Pakistan, en Irak, au Yémen, en Libye, en Arabie Saoudite et dans d’autres zones de conflit. Pour avoir fait progresser la coopération internationale en matière de sécurité, M. Gunaratna a reçu le prix du major général Ralph H. Van Deman en juin 2014.

HAMILTON, Ian

Directeur général d’Equitas depuis janvier 2004, Ian Hamilton a d’abord occupé le poste de directeur des programmes pendant cinq ans, contribuant ainsi à la création des programmes pour cette période. Avant de se joindre à cette organisation, M. Hamilton a travaillé pour le Comité de coordination des organisations de droits humains de la Thaïlande, à Bangkok, pendant 16 mois, appuyant la campagne pour la création d’une commission nationale des droits humains dans ce pays. De 1992 à 1995, il a occupé différents postes, dont celui d’agent de programme de l’Asie pour Droits et Démocratie, le Centre international des droits de la personne et du développement démocratique, à Montréal. Titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’Université de Toronto, M. Hamilton a été nommé, en 2016, au conseil d’administration du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) pour un mandat de deux ans.

 

M. Hamilton est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

HARRIS-HOGAN, Shandon

Shandon Harris-Hogan est le directeur de Radar Solutions, une société spécialisée dans la recherche, la formation et l’évaluation liées à la lutte contre l’extrémisme violent (CVE). Avant de fonder Radar Solutions, M. Harris-Hogan a travaillé comme chercheur au Centre de recherche sur le terrorisme mondial de l’Université Monash et comme analyste pour le gouvernement australien. Diplômé des programmes de maîtrise des universités de Monash et de Macquarie, Shandon est actuellement chercheur associé à l’université de Victoria. Les recherches de M. Harris-Hogan portent sur la compréhension de la radicalisation et l’analyse de la structure des réseaux terroristes. Ces travaux ont été publiés dans un certain nombre de revues universitaires de premier plan, et en 2014, il a été nommé Future Strategic Writer of the year par l’Institut pour la sécurité régionale en Australie. La recherche appliquée de M. Harris-Hogan vise à faciliter le désengagement de l’extrémisme violent par la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes et des politiques de CVE.

HÉNIN, Nicolas

Ancien reporter de guerre ayant couvert les plus grands théâtres récents de guerre ou d’insurrections, parfois à caractère terroriste, Nicolas Hénin est consultant et formateur en contre-terrorisme et en prévention de la radicalisation. Il contribue également à des projets de suivi de la désinformation, des discours de haine et du complotisme. Titulaire de masters en histoire contemporaine et en journalisme, il est auditeur de la 69ème session politique de défense de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Il est notamment l’auteur de Jihad Academy, nos erreurs face à l’État islamique (2015) et Comprendre le terrorisme, bâtissons une société résiliente (2017). Il est membre du collège d’expert du Radicalisation Awereness Network (RAN), du réseau FrancoPrev et a été chargé de cours à l’université de Daegu (Corée).

IPE, Jason

Jason Ipe est le chef des opérations du Global Center on Cooperative Security à Washington, D.C. aux États-Unis. Il est responsable de la supervision de toutes les activités programmatiques de l’organisation. Il a plus de dix ans d’expérience dans le développement et la gestion de la recherche, de la programmation internationale et de l’assistance technique en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Avant de rejoindre le Global Center, il a travaillé à l’analyse des flux financiers terroristes et illicites dans le cadre du programme d’intégrité financière mondiale du Center for International Policy. Il est titulaire d’une licence en relations internationales du Connecticut College de New London et d’un master en politique de sécurité internationale de l’Elliott School of International Affairs de l’Université George Washington à Washington D.C.

JOIGNANT, Alfredo – Ph. D.

Chercheur principal de la ligne Conflits politiques et sociaux et chercheur responsable de l’Observatoire des conflits multidimensionnels, Alfred Joignant, Ph. D., est professeur titulaire à l’École de science politique de l’Université Diego Portales. Docteur en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il a été président de l’Association chilienne des sciences politiques de 1998 à 2000, en plus d’avoir été professeur invité à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Chaire Pablo Neruda d’études chiliennes) et à l’Institut d’études politiques de Grenoble. Ses thèmes de recherche portent sur les élites politiques et leur légitimité, le charisme politique et institutionnel, la sociologie du champ politique, les capitaux et ressources dans la compétition politique ainsi que la politique de la mémoire.

 

M. Joignant est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

KING, Michael – Ph. D.

Michael King est le Directeur de recherche à la Organization for the Prevention of Violence. Il est également professeur adjoint au Département de science politique de l’Université de Toronto. Il a occupé plusieurs postes dans le domaine du contre-terrorisme; plus récemment à titre de conseiller principal en recherche au Centre canadien d’engagement communautaire et de prévention de la violence, situé au sein de Sécurité publique Canada, où il a contribué à l’élaboration de la Stratégie nationale sur la lutte contre l’extrémisme violent du gouvernement du Canada, et a aidé à établir une communauté de pratique pour les professionnels qui travaillent avec des individus et des familles touchées par l’extrémisme violent. Auparavant, M. King travaillé sous contrat pour des ONG communautaires, des think tanks, le ministère de la Défense et le ministère de la Sécurité publique du Canada. Il a complété un doctorat en psychologie sociale à l’Université McGill, où il a étudié comment les individus légitiment l’usage du terrorisme.

KOEHLER, Daniel – Ph. D.

Directeur de l’Institut allemand d’études sur la radicalisation et la déradicalisation (GIRDS), Daniel Koehler, Ph. D., est le cofondateur de la revue à accès libre Journal on De-radicalization et membre du comité de rédaction du Centre international de lutte contre le terrorisme à La Haye. M. Koehler a étudié la religion, les sciences politiques et l’économie à l’Université de Princeton et à l’Université libre de Berlin. Après avoir terminé le programme postuniversitaire Master of Peace and Security Studies à l’Université de Hambourg, il s’est spécialisé sur des sujets tels que le terrorisme, la radicalisation et la déradicalisation. Il a travaillé comme conseiller en déradicalisation et en famille dans le cadre de multiples programmes et a élaboré plusieurs approches méthodologiques de la déradicalisation, en particulier des programmes de counseling familial, partout dans le monde.

 

M. Koehler est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

KUANY, Simon

Simon Kuany est spécialiste de la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation (PVE-E). Il travaille au bureau de l’UNESCO en Iraq. Nomade international originaire du Soudan du Sud, M. Kuany a terminé ses études secondaires au Kenya alors qu’il était réfugié. Il a obtenu une bourse conjointe du Conseil indien des relations culturelles et de l’Université Symbiosis International, où il a obtenu son MBA et sa médaille d’or. Autodidacte en géopolitique mondiale et en philosophie, il est formé en éducation axée sur l’enquête et la pensée critique. Il s’occupe aujourd’hui de #YouthWagingPeace et de Talking Across Generation on Education (TAGe). M. Kuany est également formateur dans le cadre du programme Young Peacebuilders de l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC) pour les régions du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). Son livre, The Enlightened Darkness (2017), est une méditation intime sur les causes et les conséquences de la guerre civile au Soudan. Les bénéfices de son livre soutiennent l’éducation des orphelin·e·s au Soudan du Sud.

 

M. Kuany est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

LABORIER, Pascale – Ph. D.

Docteure en science politique et relations internationales de Sciences Po, elle est professeure titulaire en science politique depuis 1999 et, plus scifiquement, à l’Université Paris Nanterre depuis 2011De 2005 à 2010, elle a été directrice du Centre Marc Bloch des Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE) à BerlinLes publications de MmLaborier portent sur l’action publique et les sciences de la police ou camérales. Depuis 2016, elle a effectué une mobilité thématique de recherche sur l’histoire des migrations universitaires contraintes qui portait plus particulièrement sur les Tupamaros et les réfugié·e·s uruguayen·ne·s accueilli·e·s en France. De 2015 à 2017, elle a été conseillère  sciences humaines et sociales auprès du Secrétariat d’État à la recherche et à l’enseignement supérieur et a notamment pris en charge les questions de transfert de la recherche vers les politiques publiques. Depuis 2017, elle est la coordinatrice scientifique du Comité scientifique sur les processus de radicalisation (COSPRAD). Elle siège au sein du comité d’expert·e·s de la Chaire UNESCO-PREV et du Conseil scientifique international de la revue Violence : An International Journal, en plus d’être membre du comité scientifique InSPIREurope du réseau Scholars at Risk. 

 

Mme Laborier est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

LEMAN-LANGLOIS, Stéphane – Ph. D.

Stéphane Leman-Langlois est professeur titulaire en criminologie à l’École de travail social de l’Université Laval. Membre de l’équipe intersectorielle spécialisée en prévention de la radicalisation violente du CIUSSS de la Capitale-Nationale, M. Leman-Langlois est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en surveillance et construction sociale du risque. Il est directeur du Centre sur la sécurité internationale (CSI) et co-directeur de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent. Ses recherches ont porté sur le terrorisme national et international ainsi que sur l’extrémisme de droite. M. Leman-Langlois a obtenu son doctorat en criminologie de l’Université de Toronto en 2000 et son post-doctorat en criminologie à l’Université de Montréal en 2003.

 

M. Leman-Langlois est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

LINDEKILDE, Lasse – Ph. D

Lasse Lindekilde est professeur au département de sciences politiques de l’Université d’Aarhus. Il est titulaire d’un doctorat de l’Institut universitaire européen. Ses recherches sont axées sur la mobilisation politique, la radicalisation violente, l’hostilité politique en ligne et la mise en œuvre et les effets des politiques et de la communication antiterroriste, ainsi que sur les interventions visant à prévenir les agressions politiques en ligne. Il a publié plus de 40 articles et chapitres de livres dans ce domaine. Son travail est interdisciplinaire et relie les idées des sciences politiques, de la sociologie politique, de la criminologie, de la psychologie sociale et des études sur la communication. Sur le plan méthodologique, il a publié des travaux s’appuyant à la fois sur le travail de terrain, la recherche par enquêtes et les techniques expérimentales. Ses recherches sont financées, entre autres, par la Commission européenne, l’initiative de recherche Minerva et le Conseil danois de la recherche. Il collabore étroitement avec les autorités au niveau local, national et international.

MAKAREM, Amer

Diplômé en philosophie et en enseignement de l’Université américaine de Beyrouth (AUB), Amer Y. Makarem est un citoyen libanais aveugle. Directeur de l’Association des jeunes aveugles (YAB) depuis 1989, il met sur pied des projets d’inclusion des aveugles dans les écoles publiques et privées. M. Makarem est un défenseur et un praticien pionnier dans la promotion de l’éducation inclusive au Liban et dans la région. Professeur en éducation spécialisée à l’Université Saint-Joseph (USJ), il est également coordonnateur du Réseau pour l’inclusion au Liban, membre du conseil d’administration de l’Asian Blind Union et membre du comité exécutif de l’Union mondiale des aveugles. Sa dernière publication, parue en 2019, est un guide sur la formation des enseignant·e·s et des éducateur·trice·s spécialisé·e·s pour inclure et soutenir les élèves ayant une déficience visuelle dans les écoles inclusives.

 

M. Makarem est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

MOCEVIC, Nedzad

Nedžad Moćević est chercheur junior et maître de conférences à l’Université des sciences appliquées de Salzbourg. Il effectue des recherches dans le domaine de la prévention de la violence et donne des conférences sur les thèmes de la radicalisation et du changement social. Il travaille également pour le “Extremism Information Center” où il dirige des ateliers pour les travailleurs sociaux, les enseignants et d’autres professionnels qui s’intéressent à la prévention de la radicalisation violente. En outre, il est consultant et formateur indépendant dans le domaine de la diversité culturelle et de la compétence interculturelle, où il conseille les entreprises, les organisations et les institutions qui souhaitent favoriser la compréhension interculturelle entre leurs employés ou leurs membres.

MOTTET, Carol

Depuis 2004, Carol Mottet travaille pour le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de la Suisse. Aujourd’hui conseillère principale auprès de la Division Sécurité humaine, le centre de compétence du DFAE pour les questions de paix et de sécurité, elle y dirige un programme de prévention de l’extrémisme violent, participant au travail politique du ministère, tout en apportant son expertise dans la réalisation de diverses activités avec les partenaires du programme. De 2011 à 2013, elle a soutenu les efforts de médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour la résolution du conflit au Mali en tant qu’envoyée spéciale. Elle a aussi été conseillère spéciale à la médiation pour le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Mali dans le cadre de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation au Mali de 2013 à 2014. Spécialiste des questions de droit international public, de droit humanitaire et de droits humains, Mme Mottet est titulaire d’une maîtrise en relations internationales de l’Institut universitaire de hautes études internationales et du développement.

 

Mme Mottet est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

MUSLIU, Afrodita

Directrice exécutive et fondatrice de NEXUS Civil Concept en Macédoine du Nord, Afrodita Musliu est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires internationales du Département d’économie de l’Université suédoise des sciences agricoles. Elle a 19 ans d’expérience au sein d’organisations de la société civile en Macédoine du Nord. Elle est chercheuse et formatrice certifiée pour le programme UNITED CVE de l’OSCE – Youth Leaders against Intolerance and Violent Extremism (LIVE), et formatrice pour les enseignants et le personnel des écoles secondaires. Ses recherches portent sur le radicalisme religieux, l’ethnonationalisme et l’extrémisme politique. Les questions liées au rôle des femmes dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violents (P/CVE) et à l’ouverture de nouveaux horizons pour la prévention et le renforcement de la résilience des jeunes au sein des communautés les plus susceptibles de se radicaliser sont essentielles à son travail. En outre, elle participe à un certain nombre de projets avec des organisations internationales en tant qu’experte-praticienne pour l’élaboration de manuels et de programmes de formation pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent.

NAGEM, Rasha

Chercheuse doctorante au laboratoire EFTS de l’Université de Toulouse — Jean Jaurès, Rasha Nagem est formatrice et experte en matière de radicalisation et d’extrémisme violents pour la région euro-méditerranéenne. Mme Nagem est chargée de programmes pour les projets européens PRACTICIES H2020, Integra,  Erasmus+, JPCOOPS et SAT LAW. Ses recherches se concentrent sur les processus de radicalisation auprès des jeunes et les politiques de prévention qui leur sont liées ainsi que sur les mesures d’impact des outils pédagogiques en prévention. Mme Nagem est engagée dans plusieurs projets et organisation en Europe touchant diverses questions : l’extrémisme violent et la radicalisation, la délinquance jeunesse, la migration et l’intégration.

 

Mme Nagem est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

PAUSCH, Markus – Ph. D.

Professeur au départment de l’innovation sociale de la Salzburg University of Applied Sciences, Markus Pausch est politologue. Ses champs d’intérêt portent sur la démocratie et la participation. Impliqué dans divers projets de recherche, tels que le projet Partnership Against Violent Radicalisation in the Cities (PRACTICIES), sur la démocratie inclusive, l’innovation démocratique et l’éducation civique comme méthodes de prévention précoce de l’extrémisme antidémocratique, M. Pausch est d’avis que l’exclusion sociale et politique augmente le danger de mouvements antidémocratiques. C’est pourquoi il travaille sur les concepts d’inclusion démocratique. Enfin, la révolte constructive et non violente, l’intégration européenne, l’éducation citoyenne et la démocratie dans les milieux de travail sont autant de thèmes sur lesquels il a mené des recherches, publié des articles et offerts des conférences.

 

M. Pausch est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

POTVIN, Maryse – Ph. D.

Politologue et sociologue de formation, Maryse Potvin est professeure titulaire en sociologie de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle dirige l’Observatoire sur la formation à la diversité et l’équité (OFDE), en plus est d’être membre de l’équipe Recherches et Action sur les polarisations sociales (RAPS) de l’Institut universitaire SHERPA du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal et du consortium Accès au droit et à la justice (ADAJ). Depuis 25 ans, ses travaux abordent le racisme et les rapports ethniques sous différents angles : les enjeux d’appartenance et d’identité dans les rapports entre les minorités et les majorités, les discours sociaux dans les médias, les politiques publiques, les groupes populistes, la radicalisation « discursive », l’expérience et la construction identitaire des jeunes des minorités racisées ou encore l’éducation et la formation antiraciste, inclusive, interculturelle, civique et aux droits. Les recherches de Mme Potvin ont donné lieu à plus d’une centaine de publications. Mme Potvin a agi comme experte pour la Commission européenne, la Commission Bouchard-Taylor, UNICEF Canada, le Conseil interculturel de Montréal (CIM), le Conseil des relations interculturelles (CRI), le Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles et le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

 

Mme Potvin est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

RENARD, Thomas – Ph. D.

Thomas Renard est chercheur principal à l’Institut Egmont et professeur adjoint au Collège Vesalius, à Bruxelles. Il a 15 ans d’expérience dans la recherche sur les politiques antiterroristes en Europe. Ses recherches récentes ont porté sur les réponses à apporter aux combattant·e·s étrangers de retour et à leurs familles (y compris les enfants) en Europe et au Maghreb, sur la radicalisation en prison et la récidive terroriste. Il a effectué des recherches approfondies sur le terrorisme et la radicalisation en Belgique, et sur l’évolution des politiques de lutte contre le terrorisme et la radicalisation depuis 2001. Le professeur Renard a été invité à présenter ses recherches dans de nombreuses institutions, telles que le Conseil de sécurité des Nations Unies, la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme des Nations Unies, la Commission européenne et le Parlement européen. Il est également régulièrement invité à enseigner ou à dispenser des formations aux praticiens de lutte contre l’extrémisme violent (CVE), et participe à plusieurs discussions politiques confidentielles. Il a également organisé diverses formations et journées d’étude, réunissant des universitaires et des praticiens de CVE de premier plan en Belgique.

 

M. Renard est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

ROUSSEAU, Cécile – M.D. M.Sc.

Professeure titulaire à la Faculté de médecine de l’Université McGill, Cécile Rousseau oeuvre au sein de la division de psychiatrie sociale et transculturelle au département de psychiatrie. Elle est directrice scientifique de l’équipe Recherche et Action sur les Polarisations Sociales (RAPS) au sein de l’Institut universitaire SHERPA du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Mme Rousseau dirige une équipe de recherche sur l’intervention et la prévention de la radicalisation menant à la violence dans les domaines de la santé, des services sociaux et de l’éducation. Elle mène également des recherches sur les programmes de prévention en milieu scolaire pour les jeunes immigrant·e·s et réfugié·e·s, sur l’impact des politiques migratoires sur la santé mentale, sur les programmes scolaires d’expression créatrice et sur les traumatismes secondaires à la guerre et la violence organisées.

 

Mme Rousseau est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

SAMBE, Bakary – Ph. D.

Bakary Sambe est directeur du Timbuktu Institute, affilié au Centre africain d’études pour la paix et basé à Dakar et à Niamey. Coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA), il est également enseignant-chercheur au Centre d’étude des religions (CER) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. M. Sambe est à la fois spécialiste des réseaux transnationaux et de la prévention de l’extrémisme extrême dans le Sahel, tant dans la théorie que dans la pratique. Titulaire d’un doctorat en science politique et d’une maîtrise en études arabes et islamiques, M. Sambe est l’auteur de plusieurs publications, dont Morocco in South Sahara: Strategic Influence in Times of Geopolitical Changes (2013), Europe, the Mediterranean and the Arab World at the Turn of the Century (2012) et The Mali Crisis, Origins and Impact in Sahel (2012).

 

M. Sambe est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

SAVAGE, Sara – Ph. D.

Cofondatrice de la méthode IC Thinking, Sara Savage est psychologue sociale et associée séniore de recherche au département de psychologie de l’Université de Cambridge. Ses travaux de doctorat à l’Université de Cambridge ont jeté les bases de la compréhension de la façon dont les dynamiques cognitives et sociales façonnent le mode de pensée des gens face au monde social dans les fondamentalismes, les polarisations sociales et les extrémismes. Avec ses collègues, elle a mis au point une série d’interventions pour y remédier à travers l’opérationnalisation du concept de complexité intégrative pour mesurer les changements cognitifs liés à la prévention de la violence. Le travail de Mme Savage couvre la prévention universelle par le biais de programmes de pensée critique dans les écoles, de programmes pour les jeunes identifié·e·s comme « à risque » et de programmes pour les détenu·e·s et les ex-détenu·e·s impliqué·e·s dans l’extrémisme violent. Mme Savage est l’auteure de trente-quatre publications dans ce domaine.

 

Mme Savage est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

SÈZE, Romain – Ph. D.

Docteur en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales depuis 2012, Romain Sèze est chargé de recherche à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Rattaché au groupe « Sociétés, religions et laïcités », un laboratoire de recherche du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l’École pratique des hautes études (EPHE-PSL), M. Sèze aborde le religieux à travers le prisme des questions de sécurité et de justice. Ses recherches portent sur la sociologie politique et religieuse du fait musulman en Europe et, de façon plus spécifique, sur les violences militantes perpétrées au nom de l’islam et sur les politiques qui leur sont dédiées. M. Sèze est également enseignant à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye.

 

M. Sèze est membre associé de la Chaire UNESCO-PREV.

THÉROUX-BÉNONI, Lori-Anne – Ph. D.

Lori-Anne Théroux-Bénoni est directrice régionale de l’Institut d’études de sécurité (ISS) pour l’Afrique de l’Ouest, le Sahel et le Bassin du Lac Tchad. Elle dirige une équipe de recherche déployée à Dakar, Bamako, Abidjan, Abuja et N’Djamena. Le bureau travaille sur des questions centrales pour la région, telles que l’extrémisme violent et le terrorisme, l’instabilité politique, les conflits locaux, les opérations de paix et les processus politiques. Avant de rejoindre l’ISS en 2012, elle a travaillé comme chercheuse pour le Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix (ROP) de l’Université de Montréal, au Canada, ainsi que pour Radio-Canada et le Centre Carter en Côte d’Ivoire. Mme Théroux-Bénoni détient un doctorat en anthropologie de l’Université de Toronto. Ses travaux et analyses s’ancrent dans une approche anthropologique des conflits, de l’insécurité et de la violence pour éclairer les processus décisionnels nationaux, régionaux et globaux sur les questions actuelles.

 

Mme Théroux-Bénoni est membre associée de la Chaire UNESCO-PREV.

TOUCHET, Frédéric

Frédéric Touchet, ingénieur, a fondé et dirige l’organisme Le Moutard, situé à Lyon. À l’intention des jeunes et des acteurs d’éducation, il crée et produit des supports didactiques et interactifs. Son concept « Expo-quiz® » permet la réflexion et le débat sur des sujets de société, dans les milieux scolaires, de loisirs, et de l’éducation surveillée. Son expertise pluridisciplinaire lui a permis de s’engager dans le champ de la prévention primaire des radicalisations à travers la création de nombreux titres tels qu’« Éveiller l’esprit critique », « La laïcité », « Égalité filles-garçons », ou encore « Vivre en ville, parlons-en ! ». Ses productions sont élaborées en partenariat étroit avec les institutions de référence dans les champs de l’éducation et de la justice, ainsi qu’avec les publics concernés. Elles sont reconnues aux niveaux français et européen et ont été plusieurs fois primées.

ZEUTHEN, Martine

Martine Zeuthen est chercheuse associée au sein du groupe de recherche sur le terrorisme et les conflits au Royal United Services Institute (RUSI). Basée au Kenya, elle se concentre sur l’extrémisme et la radicalisation, la lutte contre l’extrémisme violent, la gestion de programmes et la méthodologie de recherche. Martine a mis en place les opérations du RUSI en Afrique de l’Est et a dirigé le programme Strengthening Resilience to Violent Extremism in the Horn of Africa (STRIVE) et le programme suivant, STRIVE II, ainsi que de nombreux autres projets de lutte contre l’extrémisme violent basés sur la recherche. Elle est une anthropologue danoise (BA et MSc) et étudie présentement au doctorat en études sur la criminalité et la sécurité à l’University College London. Elle est devenue Senior Fellow pour le centre d’excellence Hedayah en février 2020 et est également membre d’un comité international de directives de consensus géré par le Réseau des praticiens canadiens pour la prévention de la radicalisation et de la violence extrémiste (CPN-PREV) ainsi que membre du réseau de chercheurs danois spécialisés dans l’extrémisme et la radicalisation.