Publication du rapport de la Chaire intitulé « Le mouvement conspirationniste au Québec : leaders, discours et adhésion »

« Comprendre pour mieux agir »

Observer et analyser des mouvements sociaux, tels que ceux liés aux contestations à l’égard des mesures sanitaires au Québec depuis le début de la pandémie, en 2020, n’est pas chose facile.

C’est le défi que s’est lancé la Chaire UNESCO-PREV dans cette étude intitulée « Le mouvement conspirationniste au Québec : Leader, discours et adhésion » présentée au ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec.

Après de nombreuses discussions, notre équipe a choisi de recourir à la notion de « conspirationnisme ». Ce terme désigne une forme de pensée politique, de vision du monde ou de mentalité où les phénomènes sociaux sont interprétés à travers l’existence d’une ou de conspirations, c’est-à-dire l’action secrète de groupes de personnes ayant des intentions malveillantes. Cette pensée s’est largement incarnée, non pas tellement dans le questionnement, légitime dans l’absolu, sur les mesures sanitaires, mais dans des explications qui soustendent celles-ci. Ces constats ont amené notre équipe à vouloir agir rapidement pour mieux comprendre les facteurs d’adhésion aux fausses nouvelles, plus particulièrement aux « théories du complot » qui circulaient au sujet de la pandémie, ainsi que les défis des instances de la santé publique dans l’application des diverses stratégies de communication liées à l’adoption des mesures sociosanitaires.

 

Article par Chaire UNESCO-PREV